drouot
estimer
newsletter
 
 
 
 

CIVILISATIONS

date de la vente
Vendredi 22 avril 2011 à 14h30
lieu de vente
LECLERE-Maison de ventes 5, rue Vincent Courdouan 13006 Marseille
Leclere - Maison de ventes
EMail :
contact@leclere-mdv.com
tel :
04 91 50 00 00

Afficher le texte
INFORMATIONS SUR LA VENTE
CIVILISATIONS Expositions publiques : LECLERE-Maison de ventes Jeudi 21 avril de 10h à 20h Vendredi 22 avril de 10h à 12h Experts : Cabinet d’expertise CHAKIB SLITINE Tél.: +33 (0)1 42 47 17 52 slitine@cabinetslitine.com
CONDITIONS DE VENTE
CONDITIONS GENERALES DE VENTE Leclere maison de ventes est une société de ventes volontaires de meubles aux enchères publiques régie par la loi du 10 juillet 2000. En cette qualité Leclere maison de ventes agit comme mandataire du vendeur qui contracte avec l’acquéreur. Les rapports entre Leclere maison de ventes et l’acquéreur sont soumis aux présentes conditions générales: la vente se fera expressément au comptant. Le plus offrant et le dernier enchérisseur sera l’adjudicataire et aura l’obligation de payer comptant. Les acquéreurs paieront en sus des enchères les frais suivants par lot: 23,92% TTC. CONSEILS AUX ACHETEURS Attribué à: signifie que l’oeuvre a été exécutée pendant la période de production de l’artiste mentionné et que des présomptions désignent celui-ci comme l’auteur vraisemblable ou possible sans certitude. Entourage de: le tableau est l’oeuvre d’un artiste contemporain du peintre mentionné qui s’est montré très influencé par l’oeuvre du maître. Atelier de: sorti de l’atelier de l’artiste, mais réalisé par des élèves sous sa direction. Dans le goût de: l’oeuvre n’est plus d’époque. Les indications données par Leclere maison de ventes sur l’existence d’une restauration ou d’un accident affectant le lot, sont exprimées pour faciliter son inspection par l’acquéreur potentiel et restent soumises à son appréciation personnelle. L’absence d’indication d’une restauration d’un accident dans le catalogue, les rapports ou verbalement, n’implique nullement qu’un bien soit exempt de tout défaut présent, passé ou réparé. Inversement, la mention de quelque défaut n’implique pas l’absence de tous autres défauts. Les dimensions ne sont données qu’à titre indicatif. Une exposition ayant lieu au préalable, permettant aux acquéreurs de se rendre compte de l’état des biens mis en vente, il ne sera admis aucune réclamation une fois l’adjudication prononcée. Les éventuelles modifications au catalogue seront annoncées verbalement pendant la vente et notées sur le procès verbal. ORDRE D’ACHAT Pour les personnes ne pouvant assister à la vente, un formulaire d’ordre d’achat inclus dans le catalogue est à remplir. Leclere maison de ventes agira pour le compte de l’enchérisseur, selon les instructions contenues dans le formulaire d’ordre d’achat. Les ordres d’achat sont une facilité pour les clients, Leclere maison de ventes n’est pas responsable d’avoir manqué d’exécuter un ordre par erreur ou pour tout autre cause. REGLEMENT - En espèces: jusqu’à 3 000 euros frais et taxes compris lorsque le débiteur a son domicile fiscal en France ou agit pour les besoins d’une activité professionnelle et jusqu’à 15 000 euros frais et taxes compris lorsque le débiteur justifie qu’il n’ a pas son domicile fiscal en France et n’agit pas pour les besoins d’une activité professionnelle. - Par chèque ou virement bancaire. Les chèques tirés sur une banque étrangère ne seront autorisés qu’après l’accord préalable de Leclere maison de ventes. Il est demandé aux acheteurs de fournir une lettre accréditive de leur banque pour une valeur avoisinant leur intention d’achat. Tous frais et taxes bancaires (frais, transferts, virements...) seront à la charge de l’acquéreur. DEFAUT DE PAIEMENT Conformément à l’article 14 de la loi n° 2000-642 du 10 juillet 2000, à défaut de paiement par l’adjudicataire, après mise en demeure restée infructueuse, le bien est remis en vente à la demande du vendeur sur folle enchère de l’adjudicataire défaillant; si le vendeur ne formule pas cette demande dans un délai d’un mois à compter de l’adjudication, la vente est résolue de plein droit, sans préjudice de dommages et intérêts dus par l’adjudicataire défaillant. RETRAIT DES ACHATS Les objets ne pourront être délivrés qu’après paiement intégral du prix de l’adjudication frais compris. Dès l’adjudication, les achats seront sous l’entière responsabilité de l’adjudicataire. L’acquéreur sera lui-même chargé de faire assurer ses acquisitions, et Leclere maison de ventes décline toute responsabilité quant aux dommages que l’objet pourrait encourir et ceci dès l’adjudication prononcée. Les achats qui n’auront pas été retirés dans les dix jours de la vente pourront être transportés dans un lieu de conservation aux frais de l’adjudicataire.

Lotn 108
Estimation :
150 000 - 200 000 €
Résultat : 105000 €
Figure de reliquaire MBULU NGULU KOTA, groupe Obamba (Gabon). Fonction: sculpture attachée sur le couvercle d'un panier en vannerie (appelé bwété) où étaient conservés les crânes des ancêtres fondateurs du clan. Matière: Bois à patine brun-noire, croûteuse par endroits, brillante à d'autres; fer, cuivre, laiton, matières végétales séchées. H: 43,5 cm. Epoque présumée par datation au C14: XVII-XIXème siècles. Etat de conservation: dégâts anciens (in situ): amputation de la partie inférieure, probablement dégradée par les xylophages. Cassure sur le côté supérieur droit du losange, juste à la jonction du cou. Décollements, fentes et manques de placage métallique par endroits. Restaurations: fixation ancienne des morceaux de laiton décollés. Collage avec pose d'une cheville dans la masse du bois à l'endroit de la cassure (travail effectué par un spécialiste avant soclage). Nota: Cette exceptionnelle figure de reliquaire Kota est à rapprocher d'une des toutes premières connues, ayant appartenu à Paul Guillaume et ayant été publiée en 1918 dans le n°1 de la revue intitulée les Arts à Paris (voir reproduction en bas à droite). Elle semble même l'emporter en qualité sculpturale sur cette dernière, à la fois par la dynamique et la tension de ses lignes assouplies, par l'agencement subtil de ses volumes et par ses remarquables proportions. Si les traitements des visages sont assez proches, l'expression de la sculpture présentée ici dépasse celle de la figure publiée dans la revue précitée, à la fois par l'émouvante sensibilité de sa face en forme de coeur très arrondi, la force de son regard, et surtout le mystère qui s'en dégage. Enfin, ces deux figures semblent être les seules à présenter un bas de visage recouvert de simples plaques de laiton, agrémentées seulement de deux ou trois lamelles de cuivre aplaties, juste au-dessous des yeux. Mais notons aussi l'exceptionnel bombé du front, caractéristique de notre oeuvre, et qui la distingue, semble-t-il, de toutes celles publiées à ce jour. Au regard de ces deux particularités, il serait possible que la figure de reliquaire de l'ex-collection Paul Guillaume et celle de notre vacation soient antérieures à d'autres oeuvres publiées par la suite. Six d'entre elles ont été présentées dans l'exposition Mains de Maîtres qui s'est tenue à L'Espace Culturel BBL de Bruxelles en 2001, sous la direction de Bernard De Grunne. Toutes présentent un front moins bombé, mais surtout un bas de visage recouvert de nombreuses lamelles de cuivre aplaties. D'ailleurs, les datations au C14 offrant les pourcentages les plus élevés ne situent-elles pas la création de notre figure de reliquaire entre 1632 et 1685 (à 40,3%) ou entre 1732 et 1808 (à 39,1%) ? Donc à une époque antérieure aux datations historiques supposées (1750-1860) pour les oeuvres présentant ces nombreuses lamelles de cuivre. Les figures de reliquaire Kota de ce type - dit «convexe/concave» du fait de l'inversion des volumes du visage (un front bombé surplombant une face en creux en forme de coeur) - seraient l'expression d'un même maître: «le Maître de la Sébé», la Sébé étant une rivière traversant le territoire Kota (Gabon). La résurgence de cette exceptionnelle figure de reliquaire Kota, vraisemblablement sculptée par le Maître de la Sébé en personne, et qui rejoint assurément les plus anciennes sculptures d'art tribal africain connues à ce jour, devrait nous en convaincre. Enfin, il semblerait que seules trois oeuvres de ce Maître aient été proposées aux enchères au cours des 32 années passées: en 1979, 1983 et 1988. La figure vendue en 2008, de style convexe/concave, n'était pas de cet artiste mais du groupe dit «Rubinstein- Rosenthal» (Cf. ci-après bibliographie). En conclusion, et comme le note Bernard De Grunne dans son commentaire consacré à cette dernière: «D'après les recherches et l'analyse des styles Kota se référant aux archives de Guy van Rijn de l'Université de Yale, il y a plus de 2.000 figures de reliquaire Kota connues. Sur ce nombre, il existe moins de dix figures du Maître de la Sébé...». Personnellement j'en ai répertorié huit, à savoir: celle publiée par P. Guillaume en 1918, celle vendue aux enchères en 1979 (mais j'ignore où se trouvent ces deux oeuvres aujourd'hui) et les six exposées à Bruxelles (reproductions ci-dessus en noir et blanc) provenant, à l'époque, des collections: Sydney et Bernice Clyman, New York (n° 37), Joyce et Aaron Furman (n° 38), Collection privée, Toronto (n° 39), Collection Felix, Bruxelles (n° 40), Collection privée (n° 41), et Musée Dapper, Paris (n°42). Si l'oeuvre présentée dans cette vacation représente désormais la neuvième figure de reliquaire connue, réalisée par le Maître de la Sébé, il est indéniable qu'elle peut être classée parmi les trois plus belles. Il est certain qu'une page importante de l'histoire de l'art tribal africain s'écrit avec sa présentation au public. Un public que je laisse méditer sur la conclusion de Louis Perrois à propos des figures de reliquaire Kota dans le catalogue de l'exposition de Bruxelles: «A la fois réalistes et abstraites, les figures de reliquaire résument dans leur gravité immuable, le mystère fascinant et inquiétant des rapports ambigüs entre la mort et la vie, c'est-à-dire l'essentiel des préoccupations métaphysiques de la vie des Kota. Le génie de ces artistes apparaît dans le fait que leurs oeuvres, formes ultimes des valeurs socio-religieuses de leurs compatriotes et porteuses de leur imaginaire, nous émeuvent aujourd'hui avec la même force, au-delà des barrières de culture, de langue et d'époque. Messages essentiels de ces rêves perdus de l'Afrique, les mbulu ngulu expriment encore, ici comme là-bas, toute l'ambiguité du destin de l'homme». S'agissant plus particulièrement du Maître de la Sébé Louis Perrois écrivait: «Cet artiste génial, qui a façonné avec soin ces figures de reliquaire était un «maître de la convexité» dans un univers plastique qui privilégiait un peu partout, au nord comme au sud, les expressions concaves, proches d'une sculpture quasiment en deux dimensions, à tout le moins en bas-relief». «Nourri de plusieurs courants de traditions plastiques (...) le maître de la Sébé (...) a voulu et su intégrer dans ses créations originales à la fois la traditionnelle et rigoureuse stylisation linéaire kota (coiffe, bas du visage, piètement, revers) et un discret réalisme (front, orbites) qui reste la marque de son talent». Le dossier de datation au C14 de l'oeuvre présentée ici sera remis à l'acquéreur. Soclage: Sylvain Jordan (Marseille). Les photos reproduites ci-dessus sont tirées du livre Mains de Maîtres (cf. bibliographie). Bibliographie: - Pour l'oeuvre de l'ex collection Paul Guillaume (ci-contre), consulter le site: raai.library.yale.edu créé par la Yale University Art Gallery. - Concernant Paul Guillaume, consulter le n° 59, printemps 2011 de la revue Tribal Art. - Pour les oeuvres présentées à l'Espace Culturel BBL de Bruxelles en 2001, consulter: . Mains de Maîtres, catalogue sous la direction de B. De Grunne, Editions BBL, Bruxelles 2001. . Mains de Maîtres: post scriptum, Revue Tribal Art, n° 3, été 2003, pages 88 à 91. - Consulter également: . CHAFFIN Alain et Françoise, L'art Kota, Editions A et F. Chaffin, Meudon, 1979. . PERROIS Louis, Arts du Gabon, Editions Arts d'Afrique Noire, Arnouville, 1979, ORSTOM, Paris. . LA GAMMA Alisa, Eternal ancestors, Metropolitan Museum of Art, Yale University Press, 2007. - Vente LOUDMER, 14 juin 1979, Paris, lot n°116. - Vente GROS-DELETTREZ, 26 mai 1983, Paris, Hôtel Drout, lot n° 147. - Ventes SOTHEBY'S, 10 mai 1988, New York, lot n° 66 et 14 novembre 2008, New-York, lot n° 55. DE L'OMBRE A LA LUMIERE EN PASSANT PAR L'OUBLI A mesure que l'Afrique des cultes ancestraux rejoint l'histoire ancienne, la résurgence des témoins oubliés de leur expression plastique se raréfie. Et quand l'un d'eux réapparaît, c'est l'histoire de la sculpture tribale africaine qui s'enrichit, à fortiori quand il s'agit d'oeuvres rares, anciennes et de qualité. Nourri de cet exil secret les ayant protégées du regard profane, parfois du geste prédateur, leur long vécu tribal apparaît alors dans son authenticité originelle et sa dynamique énergétique la plus sensible. A la faveur de cette double vie secrète leur caractère exceptionnel s'affirme davantage, leur ouvrant les portes de l'étroit corpus des oeuvres majeures de l'art tribal africain. La figure de reliquaire Kota et le masque Fang présentés ici font partie de ces oeuvres. Et le fait qu'elles réapparaissent ensemble, constitue assurément un moment important de l'histoire de la sculpture noire africaine. Se livrant à nouveau au regard d'un public dépassant cette fois le cadre restreint des initiés, elles réactivent leur mission de témoin-messager. Ces deux oeuvres sont les découvertes fortuites de deux passionnés d'antiquités. Mais faute de traçabilité historique, (conditions, lieux et dates de récolte, d'acquisition et de transfert), il fallait compter avec la science pour essayer d'en définir l'âge probable. En effet, et bien que sachant qu'une datation du bois de chacune d'elles par la technique du Carbone 14 ne livrerait pas avec certitude leur âge exact (il faut pour cela que le bois ait plus de 350 ans depuis l'abattage de l'arbre ou de la branche), cette analyse se révélerait néanmoins significative: non seulement pour exclure la possibilité d'oeuvres copiées dans un bois datant d'après 1950, mais aussi pour me fournir des intervalles de dates possibles. C'est donc au laboratoire du Pr Bonani de Zurich qu'a été confiée l'analyse. Le prélèvement des échantillons de bois et leur envoi ont été réalisés par QED Laboratoire d'Aix-en-Provence. Spécialiste des analyses par thermoluminescence, j'avais la certitude, en faisant appel à cet intermédiaire officiel, que ce prélèvement et cet envoi se feraient conformément aux règles scientifiques et juridiques. Un mois après, QED Laboratoire me transmettait les résultats des datations par C14 effectuées par le Pr Bonani, accompagnés des commentaires suivants: 1 - Pour le masque Fang: Age C14 AMS conventionnel: 105 +/- 35 BP Date C14 calibrée: 1680 cal AD - 1939 cal AD L'interprétation de la courbe de densité de probabilité de la date calibrée permet de proposer deux intervalles de datation avec les probabilités suivantes entre 1680 cal AD et 1764 cal AD: 30,5% entre 1801 cal AD et 1939 cal AD: 64,9% 2 - Pour la figure de reliquaire Kota: Age C14 AMS conventionnel: 230 +/- 35 BP Date C14 calibrée: 1529 cal AD - 1955 cal AD L'interprétation de la courbe de densité de probabilité de la date calibrée permet de proposer quatre intervalles de datation avec les probabilités suivantes entre 1526 cal AD et 1555 cal AD: 3,9% entre 1632 cal AD et 1685 cal AD: 40,3% entre 1732 cal AD et 1808 cal AD: 39,1% entre 1928 cal AD et 1955 cal AD: 12,2% «Les résultats sont donc compatibles avec des bois anciens». QED Laboratoire (04 42 92 28 74). Questionnant QED Laboratoire sur la datation scientifique de la figure de reliquaire Kota, en comparaison de certaines datations historiques situant ce type d'objet entre 1750 et 1860, son directeur me répondait: «nous pouvons être certains que l'échantillon de bois date d'avant 1955 AD. Si la chronologie admise par la littérature pour de tels objets est comprise entre 1750 et 1860, les résultats de l'analyse C14 sont parfaitement compatibles. L'intervalle plus ancien 1632-1685 avec une certitude de 40,3 % n'est certes pas négligeable mais peut être expliqué (si la date se trouve réellement dans cet intervalle) par l'utilisation non pas d'un bois ancien de récupération, mais du coeur d'un arbre qui pouvait avoir déjà 100 ou 150 ans lors de son utilisation». A la faveur de ces analyses et commentaires scientifiques, tout permet de penser que la figure de reliquaire Kota pourrait être plus ancienne que ce que permettaient de supposer les données historiques rassemblées à ce jour, à partir des oeuvres du même type déjà connues. De son côté, le masque Fang appartient à l'étroit corpus des masques Ngil anciens d'usage rituel. C'est en cela aussi que la résurgence, en un même lieu et à un même moment, de ces deux chefs d'oeuvres issus d'une même contrée, constitue un événement majeur pour la recherche historique et scientifique, mais aussi pour le marché de l'art tribal africain. D'autant que ces sculptures comptent parmi les plus rares, les plus belles et les plus convoitées. Bernard Roque.

CIVILISATIONS

date de la vente
Vendredi 22 avril 2011 à 14h30
lieu de vente
LECLERE-Maison de ventes 5, rue Vincent Courdouan 13006 Marseille
Leclere - Maison de ventes
EMail :
contact@leclere-mdv.com
tel :
04 91 50 00 00

Afficher le texte
INFORMATIONS SUR LA VENTE
CIVILISATIONS Expositions publiques : LECLERE-Maison de ventes Jeudi 21 avril de 10h à 20h Vendredi 22 avril de 10h à 12h Experts : Cabinet d’expertise CHAKIB SLITINE Tél.: +33 (0)1 42 47 17 52 slitine@cabinetslitine.com
CONDITIONS DE VENTE
CONDITIONS GENERALES DE VENTE Leclere maison de ventes est une société de ventes volontaires de meubles aux enchères publiques régie par la loi du 10 juillet 2000. En cette qualité Leclere maison de ventes agit comme mandataire du vendeur qui contracte avec l’acquéreur. Les rapports entre Leclere maison de ventes et l’acquéreur sont soumis aux présentes conditions générales: la vente se fera expressément au comptant. Le plus offrant et le dernier enchérisseur sera l’adjudicataire et aura l’obligation de payer comptant. Les acquéreurs paieront en sus des enchères les frais suivants par lot: 23,92% TTC. CONSEILS AUX ACHETEURS Attribué à: signifie que l’oeuvre a été exécutée pendant la période de production de l’artiste mentionné et que des présomptions désignent celui-ci comme l’auteur vraisemblable ou possible sans certitude. Entourage de: le tableau est l’oeuvre d’un artiste contemporain du peintre mentionné qui s’est montré très influencé par l’oeuvre du maître. Atelier de: sorti de l’atelier de l’artiste, mais réalisé par des élèves sous sa direction. Dans le goût de: l’oeuvre n’est plus d’époque. Les indications données par Leclere maison de ventes sur l’existence d’une restauration ou d’un accident affectant le lot, sont exprimées pour faciliter son inspection par l’acquéreur potentiel et restent soumises à son appréciation personnelle. L’absence d’indication d’une restauration d’un accident dans le catalogue, les rapports ou verbalement, n’implique nullement qu’un bien soit exempt de tout défaut présent, passé ou réparé. Inversement, la mention de quelque défaut n’implique pas l’absence de tous autres défauts. Les dimensions ne sont données qu’à titre indicatif. Une exposition ayant lieu au préalable, permettant aux acquéreurs de se rendre compte de l’état des biens mis en vente, il ne sera admis aucune réclamation une fois l’adjudication prononcée. Les éventuelles modifications au catalogue seront annoncées verbalement pendant la vente et notées sur le procès verbal. ORDRE D’ACHAT Pour les personnes ne pouvant assister à la vente, un formulaire d’ordre d’achat inclus dans le catalogue est à remplir. Leclere maison de ventes agira pour le compte de l’enchérisseur, selon les instructions contenues dans le formulaire d’ordre d’achat. Les ordres d’achat sont une facilité pour les clients, Leclere maison de ventes n’est pas responsable d’avoir manqué d’exécuter un ordre par erreur ou pour tout autre cause. REGLEMENT - En espèces: jusqu’à 3 000 euros frais et taxes compris lorsque le débiteur a son domicile fiscal en France ou agit pour les besoins d’une activité professionnelle et jusqu’à 15 000 euros frais et taxes compris lorsque le débiteur justifie qu’il n’ a pas son domicile fiscal en France et n’agit pas pour les besoins d’une activité professionnelle. - Par chèque ou virement bancaire. Les chèques tirés sur une banque étrangère ne seront autorisés qu’après l’accord préalable de Leclere maison de ventes. Il est demandé aux acheteurs de fournir une lettre accréditive de leur banque pour une valeur avoisinant leur intention d’achat. Tous frais et taxes bancaires (frais, transferts, virements...) seront à la charge de l’acquéreur. DEFAUT DE PAIEMENT Conformément à l’article 14 de la loi n° 2000-642 du 10 juillet 2000, à défaut de paiement par l’adjudicataire, après mise en demeure restée infructueuse, le bien est remis en vente à la demande du vendeur sur folle enchère de l’adjudicataire défaillant; si le vendeur ne formule pas cette demande dans un délai d’un mois à compter de l’adjudication, la vente est résolue de plein droit, sans préjudice de dommages et intérêts dus par l’adjudicataire défaillant. RETRAIT DES ACHATS Les objets ne pourront être délivrés qu’après paiement intégral du prix de l’adjudication frais compris. Dès l’adjudication, les achats seront sous l’entière responsabilité de l’adjudicataire. L’acquéreur sera lui-même chargé de faire assurer ses acquisitions, et Leclere maison de ventes décline toute responsabilité quant aux dommages que l’objet pourrait encourir et ceci dès l’adjudication prononcée. Les achats qui n’auront pas été retirés dans les dix jours de la vente pourront être transportés dans un lieu de conservation aux frais de l’adjudicataire.

CIVILISATIONS

date de la vente
Vendredi 22 avril 2011 à 14h30
lieu de vente
LECLERE-Maison de ventes 5, rue Vincent Courdouan 13006 Marseille
Leclere - Maison de ventes
EMail :
contact@leclere-mdv.com
tel :
04 91 50 00 00

Afficher le texte
INFORMATIONS SUR LA VENTE
CIVILISATIONS Expositions publiques : LECLERE-Maison de ventes Jeudi 21 avril de 10h à 20h Vendredi 22 avril de 10h à 12h Experts : Cabinet d’expertise CHAKIB SLITINE Tél.: +33 (0)1 42 47 17 52 slitine@cabinetslitine.com
CONDITIONS DE VENTE
CONDITIONS GENERALES DE VENTE Leclere maison de ventes est une société de ventes volontaires de meubles aux enchères publiques régie par la loi du 10 juillet 2000. En cette qualité Leclere maison de ventes agit comme mandataire du vendeur qui contracte avec l’acquéreur. Les rapports entre Leclere maison de ventes et l’acquéreur sont soumis aux présentes conditions générales: la vente se fera expressément au comptant. Le plus offrant et le dernier enchérisseur sera l’adjudicataire et aura l’obligation de payer comptant. Les acquéreurs paieront en sus des enchères les frais suivants par lot: 23,92% TTC. CONSEILS AUX ACHETEURS Attribué à: signifie que l’oeuvre a été exécutée pendant la période de production de l’artiste mentionné et que des présomptions désignent celui-ci comme l’auteur vraisemblable ou possible sans certitude. Entourage de: le tableau est l’oeuvre d’un artiste contemporain du peintre mentionné qui s’est montré très influencé par l’oeuvre du maître. Atelier de: sorti de l’atelier de l’artiste, mais réalisé par des élèves sous sa direction. Dans le goût de: l’oeuvre n’est plus d’époque. Les indications données par Leclere maison de ventes sur l’existence d’une restauration ou d’un accident affectant le lot, sont exprimées pour faciliter son inspection par l’acquéreur potentiel et restent soumises à son appréciation personnelle. L’absence d’indication d’une restauration d’un accident dans le catalogue, les rapports ou verbalement, n’implique nullement qu’un bien soit exempt de tout défaut présent, passé ou réparé. Inversement, la mention de quelque défaut n’implique pas l’absence de tous autres défauts. Les dimensions ne sont données qu’à titre indicatif. Une exposition ayant lieu au préalable, permettant aux acquéreurs de se rendre compte de l’état des biens mis en vente, il ne sera admis aucune réclamation une fois l’adjudication prononcée. Les éventuelles modifications au catalogue seront annoncées verbalement pendant la vente et notées sur le procès verbal. ORDRE D’ACHAT Pour les personnes ne pouvant assister à la vente, un formulaire d’ordre d’achat inclus dans le catalogue est à remplir. Leclere maison de ventes agira pour le compte de l’enchérisseur, selon les instructions contenues dans le formulaire d’ordre d’achat. Les ordres d’achat sont une facilité pour les clients, Leclere maison de ventes n’est pas responsable d’avoir manqué d’exécuter un ordre par erreur ou pour tout autre cause. REGLEMENT - En espèces: jusqu’à 3 000 euros frais et taxes compris lorsque le débiteur a son domicile fiscal en France ou agit pour les besoins d’une activité professionnelle et jusqu’à 15 000 euros frais et taxes compris lorsque le débiteur justifie qu’il n’ a pas son domicile fiscal en France et n’agit pas pour les besoins d’une activité professionnelle. - Par chèque ou virement bancaire. Les chèques tirés sur une banque étrangère ne seront autorisés qu’après l’accord préalable de Leclere maison de ventes. Il est demandé aux acheteurs de fournir une lettre accréditive de leur banque pour une valeur avoisinant leur intention d’achat. Tous frais et taxes bancaires (frais, transferts, virements...) seront à la charge de l’acquéreur. DEFAUT DE PAIEMENT Conformément à l’article 14 de la loi n° 2000-642 du 10 juillet 2000, à défaut de paiement par l’adjudicataire, après mise en demeure restée infructueuse, le bien est remis en vente à la demande du vendeur sur folle enchère de l’adjudicataire défaillant; si le vendeur ne formule pas cette demande dans un délai d’un mois à compter de l’adjudication, la vente est résolue de plein droit, sans préjudice de dommages et intérêts dus par l’adjudicataire défaillant. RETRAIT DES ACHATS Les objets ne pourront être délivrés qu’après paiement intégral du prix de l’adjudication frais compris. Dès l’adjudication, les achats seront sous l’entière responsabilité de l’adjudicataire. L’acquéreur sera lui-même chargé de faire assurer ses acquisitions, et Leclere maison de ventes décline toute responsabilité quant aux dommages que l’objet pourrait encourir et ceci dès l’adjudication prononcée. Les achats qui n’auront pas été retirés dans les dix jours de la vente pourront être transportés dans un lieu de conservation aux frais de l’adjudicataire.