drouot
estimer
newsletter
 
 
 

CONFERENCE le 15 octobre 2012 à 18h
L’art dans tous ses extrêmes
conférence de Marc Jimenez, philosophe, et signature de l’ouvrage
paru aux éditions Klincksieck

LUNDI 15 OCTOBRE 2012 à 18h
Présentation Jean-Noël Bret
Proposition AEPHAE association euroméditerranéenne
pour l’histoire de l’art et l’esthétique acc.marseille@free.fr

L'art de ce début de XXIsiècle, infiniment inventif, échappe à toute qualification. Sans qualité, il multiplie les configurations à l'infini, déroute les attentes, infiltre la vie quotidienne, et, comme l'exprime Claude Amey, ce qui est extrême, ce n'est pas la ligne droite mais le nombre des agencements qui entendent partager « le sensible ».
Tous les prophètes du déclin de l'art, les Cassandre prédisant sa mort programmée, de G. W. F. Hegel — qui ne parlait en fait que de « dissolution » — à Arthur Danto, se sont donc fourvoyés. Le capitalisme libéral a réussi à inventer la « fin de la fin de l’art ». Il est parvenu à créer un art à son image, un art affranchi des injonctions et des illusions modernistes, un art sans modèles, sans valeurs, sans idéaux, sans perspective humaniste, bref, un art « conforme », témoin désabusé, voire cynique, véritable sismographe d’un monde agité et déboussolé, lui aussi soumis à des reconfigurations.
Pa de confusion toutefois : l'art de la non-finitude ne renonce pas au beau, ni au sublime, ni au laid. Bien au contraire, il absorbe le tout, libéré de tout idéalisme et notamment de l’illusion selon laquelle il pourrait réenchanter le monde. C'est peut-être ce qu'exprime la 11e biennale de Lyon intitulée « Une terrible beauté est née » d'après un vers d'un poème de Yeats. Une beauté terrible, que l'on pourrait dire aussi effrayante, abominable, affreuse, apocalyptique, atroce, catastrophique, dantesque, dramatique, effroyable, épouvantable, extraordinaire, fantastique, farouche, féroce, formidable, foudroyante, horrible, insoutenable, intenable, intense, monstrueuse, prodigieuse, puissante, redoutable, sombre, terrorisante, tragique, violente, etc. Sans qualité, l'art actuel supporte tous les qualificatifs.
Marc Jimenez

> Toutes les actualités